Malgré les multiples demandes de la CFDT en Commission Paritaire Nationale, nos présidents se sont toujours refusés à faire évoluer  l’article 35-1  du statut afin de l’aligner sur les droits du Plan de Sauvegarde de l’Emploi de droit privé, notamment en cas de licenciement économique.  Peu contraignant en matière de négociations avec les partenaires sociaux, le contenu succinct de l’article 35-1, laisse la quasi-liberté à l’employeur, de la nature des informations qu’il souhaite communiquer aux organisations syndicales.

Lire la suite

Protocole à lire ici

La direction dela CCIR Paris Île-de_France et la direction d’HEC doivent signer prochainement un avenant au contrat de mise à la disposition des salariés CCI à l’EESC HEC. Cet avenant prévoit que « dans l’intérêt du service » HEC comme la CCI peuvent mettre fin à la mise à la disposition d’un salarié à tout moment.

Lire la suite

 

Alors qu'il est plus qu'urgent de rassurer et de sécuriser les agents, la CPR du 8 octobre dernier s'est contentée de proposer aux partenaires sociaux d'enregistrer des décisions déjà prises… sans eux !

Lire notre tract  

Lors de la CPR de lundi, le collège employeur n'a pas manqué d'arguments pour convaincre les partenaires sociaux que seule la voie de la réduction de la masse salariale permettrait à la CCIR Paris Île-de-France de sortir de l'inconnu financier dans laquelle les récentes lois l'ont plongée. De cette présentation d'une énième stratégie, qui semble se construire au fil des jours, suivant les aléas des promesses des désengagements financiers de l'état, nous retiendrons le maître mot : l'agilité et son risque majeur : le chaos humain.

Lire la suite

Dans le cadre de la négociation du titre III, la direction de l'enseignement fait les propositions suivantes :

  •  un coefficient  de 1,75 pour tous, formations initiales, TP, TD, du CAP au MASTER. Sans distinction du ½ groupe, des classes entières et des regroupements de plusieurs classes !!!
  •  un coefficient de 1.95 pour la formation continue.
  •  un coefficient de 2,25 si activités à enjeux, à la discrétion des responsables.
  •  2 semaines de vacances en moins pour les parisiens, 2 de plus pour les versaillais quant à la Seine et Marne reportée aux calendes grecques
  •  1520 heures pour tous

La CFDT refuse totalement ces propositions et demande à la DGAERF de revoir sa copie en étant respectueuse de l'investissement de ses enseignants.

Lire notre tract complet